Santé Corona Virus

Déconfinement le 11 mai, oui mais…

Jean-luc Durand
16 avril 2020 8 minutes de lecture

Quand on sait que le seul moyen de se débarrasser d’un virus c’est qu’au moins les 2/3 de la population soit immunisé (c'est-à-dire qu’on a crée des anticorps réagissant contre ce virus).

Ce pourcentage de 2/3 ou 70% vient d’études faites sur les différentes épidémies. Il s’avère qu’à partir de ce pourcentage le virus a du mal à se propager. En effet, Il a moins de facilité pour contaminer des personnes saines. Le nombre de personnes non infectées étant en nette diminution.  

Pour obtenir ces anticorps deux possibilités :

1-     Soit avoir attrapé le virus et s’en être sorti sans trop de dégâts et avoir par la même occasion fabriqué via son système immunitaire (merci les globules blancs) ces fameux anticorps.

2-     Soit d’être vacciné contre le virus. Le principe du vaccin étant d’injecter dans l’organisme une faible dose du virus pour que le système immunitaire réagisse et fabrique les anticorps, sans qu’il y ait un réel danger car la charge virale injectée est très faible.

Les anticorps sont actifs de quelques mois à plusieurs années en fonction du virus. D’où les fameux « Rappels » de DDT – Polio – BCG et autre Grippe (toutefois le virus grippal mutant chaque année, mais très prévisible, il faut se refaire vacciner chaque fois). 


On comprend bien que pour le Covid-19 on est loin d’avoir 70% de la population française qui soit immunisée, surtout en l’absence de vaccin.De plus le confinement empêche la propagation du virus ce qui va à l’encontre de l’obtention de la barre fatidique des 70% de contaminés pour éradiquer le Covid-19.

Toutefois le confinement est nécessaire car on a à faire à un virus qui se propage 5 à 10 fois plus vite que la grippe. Sans le confinement très vite les hôpitaux auraient vu leur service de réanimation saturé et beaucoup de patients seraient morts faute de pouvoir être soignés. Ce qui est inimaginable pour un médecin.


Un retour à une vie normale ne pourra se faire qu’avec la disparition du Covid-19 en France voire dans le monde (attention à la deuxième vague).

Là encore deux possibilités :  

1-     Soit 70% de la population a été contaminé, par contact ou vaccin.

2-     Soit la disparition du virus ce fait suite à des évènements naturels et souvent climatique tel que la forte chaleur ou grand froid. Mais souvent dans ce cas le virus est saisonnier et revient tous les ans à l’automne ou au printemps.


On voit bien, que le 11 mai on sera loin de 70% de français touchés par le Covid-19. Donc le virus sera toujours actif. Toutefois, on peut espérer quand laissant confiner les plus fragiles (plus de 70 ans et personnes à risque) et laissant sortir les personnes ayant déjà attrapées le Covid-19 ou celles ne présentant pas de réel danger si elles l’attrapent on pourra augmenter le taux de contamination et essayer de se rapprocher le plus possible des 70% de contaminés.

Surtout que les séniors (70 ans et plus) représentent que 15% de la population française et les personnes à « risque » pas plus. 

Evidemment si un vaccin est trouvé rapidement on pourra tous être déconfiné après s’être fait vacciner. Mais aux dernières nouvelles un vaccin ne sera pas mis sur le marché avant le printemps 2021.

Donc il faut s’armer de patiente et espérer qu’avec un déconfinement partiel mais bien ciblé et l’espoir que le Covid-19 soit sensible à la chaleur on puisse tous retrouver une vie normale au début de l’automne.


Mais des questions se posent sur l’apparition depuis une quarantaine d’années de nouveaux virus virulents (SIDA – EBOLA – SRAS – H1N1 – COVID19…) tous étant à priori transmis à l’homme par des animaux sauvages. La réponse est écologique et en deux points principaux :

1-     La déforestation entraine les animaux sauvages à se rapprocher des humains fautent de trouver leur nourriture habituelle en abondance.

2-     La pollution entrainant le réchauffement climatique les sols gelés du pergélisol (permafrost en anglais) commence à fondre libérant des virus vieux de plus de 20 000 ans et d’une dangerosité bien supérieure à celui de la grippe. C’est surtout au fin fond de la Sibérie qu’apparait se phénomène heureusement ce sont des régions essentiellement peuplées d’animaux sauvages et pour l’instant pas encore exploité par l’homme donc pas en contact avec ses futurs virus « préhistoriques ».

Prenez soin de vous on finira par gagner.

JeanLucD

Vous devez vous connecter pour voter ou dénoncer du contenu.

Il n'y a pas encore de commentaires.
Commentaires (0)

Vous devez vous connecter pour publier un commentaire.

Dossier spécial
Choisir la bonne mutuelle à la retraite

santé, le nouveau retraité doit adapter sa complémentaire santé à son nouveau statut. Ses besoins en termes de santé évoluent et les garanties offertes par sa complémentaire santé d’entreprise ne corr...

01 avril 2020 9 minutes de lecture
d’articles
Médecine
Prix puyoo 2020 sur l'anorexie mentale

Accompagnement des patientsainsi que de leur entourage, recherche et prévention.- Appel à candidatures -En 202...

à lire ce mois-ci